La Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB) et Vélo et territoire qui coordonne le réseau national cyclable, ont mis à disposition de tous-tes les candidat-es aux élections départementales et régionales de France, un questionnaire sur les engagements en faveur du vélo dans leur territoire. L’association amiénoise Véloxygène a participé à l’élaboration de la consultation pour le département.

Le Crotoy en baie de Somme, dans les Hauts-de-France  ©LACHANT_Michael pour HDF

Si pour les Hauts-de France, seules les listes de Karima Delli et d’Audric Alexandre prennent des engagements fermes pour développer le vélo dans la région, pour la Somme, le questionnaire, propre aux élections départementales, a été complété dans 4 cantons sur 23, avec une concentration de participant-es dans le sud de l’agglomération amiénoise.

« Faire des Hauts-de France une véritable vélo vallée » 

La candidate de l’union de la gauche et des écologistes, Karima Delli, considère la région des Hauts-de-France comme un espace idéal pour développer le cyclisme qu’elle juge comme un solide vecteur économique: « La filière vélo représente un formidable vivier d’emplois d’avenir non délocalisables et durables dans lequel la Région devra s’investir prioritairement. Le vélo c’est bon pour le climat, c’est bon pour l’emploi ! » précise t-elle.

Et c’est bel et bien pour cette raison que la candidate s’engage à valoriser la filière vélo et à améliorer la cyclomobilité du territoire: « Nous voulons faire des Hauts-de-France une véritable Vélo Valée. Dans notre région, le relief et la densité de la population favorisent un renforcement de la place du vélo comme maillon essentiel des mobilités régionales. »

Pour l’eurodéputée et présidente de la commission transports et tourisme au Parlement, il faut également permettre aux habitants d’utiliser plusieurs moyens de transports, une façon de se déplacer très prisée chez les plus jeunes qui n’hésitent plus à varier les moyens de locomotion plus facilement que les autres usagers. « L’intermodalité devra être placée au cœur de notre projet pour le vélo, confirme la candidate, afin qu’il devienne, en plus d’être un moyen de découvrir la beauté de notre Région, un outil de déplacement quotidien pour ses habitants. » Une habitude à installer dès le plus jeune âge selon la candidate qui souhaite faire un diagnostic mobilité sur l’ensemble des lycées dès 2022 si elle est élue.

« Des douches pour les travailleurs à vélo »

De son côté, l’un de ses adversaires aux élections régionales dans les Hauts-de-France, Audric Alexandre, candidat soutenu par une union de quatre partis indépendants et pro européens dont Allons enfants et Pace;  n’hésite pas quant à lui, à détailler avec précision ses engagements en faveur du vélo: « L’ambition est d’augmenter considérablement la part du vélo dans les déplacements quotidiens pour des raisons environnementales aussi bien que de santé physique et psychologique. Nous y arriverons en améliorant la sécurité des pistes cyclables notamment dans les zones rurales, l’intermodalité, la sécurité des vélos en stationnement, en donnant accès à une douche pour les travailleurs, les étudiants… qui arrivent à destination. »

Le candidat mise également sur le cyclotourisme pour valoriser et intensifier l’activité économique de la région. « Le vélo jouera aussi un rôle majeur dans le développement touristique équilibré de notre région. Les touristes à vélo ne voyagent pas d’un aéroport à un autre. Ils vont d’un village à un autre. Comme on peut le voir en Belgique, ils font vivre les villages en apportant de l’activité. Or, avec un relief facile et plusieurs dizaines de millions de voisins amoureux du vélo (Belgique, Pays-Bas, sud-est de l’Angleterre), notre région dispose de tous les atouts pour devenir une destination reconnue par les amateurs de vacances à vélo. Grâce au cyclotourisme, le tourisme irriguera l’ensemble du territoire et non plus seulement les grandes villes et la côte. »

Le candidat émet toutefois des réserves pour transformer la collectivité en employeur pro-vélo exemplaire en favorisant par exemple les déplacements des employés à vélo. Le budget prévisionnel alloué aux mobilités douces par le candidat est quant à lui fixé à 10 millions d’euros, un montant trois fois moins élevé que celui prévu par Karima Delli, la candidate de l’union de la gauche, qui prévoit près de 30 millions d’euros d’investissement destinés à la cyclomobilité du territoire.

 

Stéphane Haussoulier et Sabrina Holleville-Milhat (DVD) candidat-es aux départementales 2021 dans le canton d’Abbeville 2.

« Nous avons mobilisé 10 millions d’euros dans les voies cyclables »

Mais si la mobilité est une compétence forte de la Région notamment à travers l’installation de mobilier dédié dans les gares ou dans les lycées, elle n’est pas la seule à gérer et à faire le bien des cyclistes. Le Conseil départemental de la Somme a un rôle crucial à jouer en la matière.

A travers cette consultation lancée par la FUB et Vélo et territoire, Stéphane Haussoulier (DVD), président sortant du Conseil départemental, prend des engagements concrets en faveur d’une politique cyclable dans le département: « Compte tenu d’une demande croissante pour l’usage du vélo et des enjeux de mobilités de demain tendant vers des modes plus vertueux écologiquement et économiquement, le groupe Unis pour la Somme a travaillé, dans le cadre du mandat qui s’achève, un schéma départemental cyclable 2021-2027 qui a vocation à constituer sa politique ambitieuse pour les 6 années à venir. »

Le candidat dans le canton d’Abbeville 2 aux côtés de Sabrina Holleville-Milhat défend son bilan: « Cette politique ambitieuse a été construite et sera déclinée avec tous les acteurs des territoires, institutionnels comme associatifs, et avec les populations locales. Elle consiste notamment à développer le réseau cyclable dans tout le département, à sécuriser ce réseau et à moderniser les usages conformément aux besoins des habitants, à mettre en place des services et équipements à destination des cyclistes et à inciter à la pratique du vélo. »

« Le plan de relance voté en 2020 montre bien l’engagement de la majorité Unis pour la Somme à la hauteur des enjeux : nous avons mobilisé 10 millions d’euros pour investir dans les voies cyclables et créé une aide à l’acquisition locale de vélos électriques qui a déjà profité à 3400 bénéficiaires » conclut-il.

Le binôme est le seul à se prononcer en faveur du vélo sur le canton abbevillois, le reste des participant-es se trouvent dans le sud d’Amiens et à Albert.

 

« Développer une politique vélo en direction de tous les publics »

Blandine Denis et Philippe Casier (Génération Ecologie, Génération-s) candidat-s aux départementales 2021 dans le canton Amiens 5 sud-est.

C’est Amiens 5, le canton comprenant Boves, qui a recueilli le plus de participant-es dans le département.  Blandine Denis et Philippe Casier(Génération Ecologie, Génération-s), conseillers départementaux sortants, prennent les engagements les plus strictes en faveur du vélo. Le binôme souhaite pratiquer une véritable politique provélo à tous les niveaux: « Il apparait essentiel de développer une politique vélo en direction de tous les publics : collégiens, bénéficiaires du RSA, quartiers prioritaires de la ville. L’offre touristique est également indispensable pour l’attractivité du territoire mais elle peut aussi être un moyen de développer les déplacements à vélo quotidiens. » De leur côté Olivier Mira et Anne-Marie Poulain (LREM) sont plus nuancés que leur adversaires, tout comme Didier Cardon et Stéphanie Brumter, candidat-es de la Somme en commun qui peinent à s’engager pleinement pour réduire le trafic motorisé en favorisant des alternatives cyclables.

Lucien Fontaine et Marion Lepresle (Génération-s, Génération Ecologie) candidat-es aux départementales 2021 dans le canton Amiens 7 sud-ouest.

Pour le canton d’Henriville (Amiens 6) Hélène Trifunovic et Logan Brague, candidat-es de la Somme en commun, prévoient quant à eux plus de maisons du vélo et davantage de voies vertes dans le département. Les deux binômes de gauche dans le canton d’Amiens sud-ouest (Amiens 7) Lucien Fontaine et Marion Lepresle (Génération-s, Génération Ecologie) ainsi que Dominique Gamain et Laure Vincent (La Somme en commun) prennent des engagements similaires. Le second binôme peine toutefois à apporter des précisions sur sa propre vision de la politique cyclable dans le département et préfère s’en remettre à la nomination d’un conseiller départemental aux mobilités douces en lien direct avec le président du conseil départemental. Lucien Fontaine et Marion Lepresle n’hésitent pas eux à détailler l’importance de la sécurisation des routes et de la continuité des espaces cyclables à l’échelle départementale.

A Albert, le binôme du Rassemblement National, composé d’Annaïs Rousseau et Rudy Duboille, émet quant à lui des réserves en matière d’investissement. Même si les deux candidat-s se déclarent en faveur d’une politique cyclable d’envergure, ils n’en précisent pas la teneur exacte et prennent peu d’engagements; façon de surfer sur la vague en pédalant dans la semoule.

 

 

Un commentaire

  • JjgEN dit :

    donate money for beer to me) bitcoin – bc1qa8qzuanzfyfzcvnah5x7s5v4qqg25k57ljyzfm