Ce samedi 19 juin s’est tenue la pride d’Amiens. Organisée par le collectif d’associations LGBTQIA+ composé d’Aides, Flash Our True Colors, Les Bavardes, le GAS (Groupe d’Appui et de Solidarité) et SOS homophobie, cette 3e édition a réuni plus d’un millier de jeunes qui ont défilé dans les rues du centre-ville.

Devant l’Hôtel de ville d’Amiens, ce 19 juin 2021, lors de la 3e Marche des fiertés.

Le rendez-vous était fixé à 14h00 devant la Maison de la Culture d’Amiens alors revêtue des couleurs de l’arc-en-ciel pour l’occasion. Dès 13h00 plusieurs prises de parole ont eu lieu avant que le cortège coloré ne quitte la place Léon Gontier pour défiler dans les rues du centre-ville.

Et c’est au grès des acclamations venues des balcons que le cortège s’est déplacé, un problème technique empêchant la diffusion de musique en continu, les amiénois-es ont trouvé la parade. Il en fallait plus que ça pour décourager les participant-es très jeunes et bien déterminé-es à poursuivre la transformation des regards et des mentalités sur les identités de genre et à lutter pour des droits et la reconnaissance de chacun-e. Iels l’ont fait avec panache !

Après avoir défilé pendant plus d’1h30, le cortège sécurisé par le « Staff Marche », bien organisé malgré l’absence de fermeture totale des voies, a rejoint la MACU, des jeunes filles, seins nus, des autocollants sur les tétons, joyeuses, rebelles et libres; « ça m’a fait du bien » nous confie une participante.

Fortement isolée dans un contexte de crise sanitaire, la communauté LGBTQIA+ s’est retrouvée après de longs mois et l’annulation de la seconde édition de la Pride d’Amiens en 2020. Des hochements de tête, des clins d’œil, des rires, des revendications, des baisers, des couleurs et de l’amour, ça a fusé, on y était presque!

Plus d’un millier de manifestant-es ont défilé ce samedi 19 juin 2021, lors de la 3e édition de la Pride.

« On veut des paillettes »

Presque, car cette musique, pour les participant-es à l’affût de la moindre note pour déhancher leurs corps, a tellement manqué. En levant la tête, on voit des haut-parleurs suspendus dans la rue mais quand on la baisse on ne voit pas  vraiment d’élu-es de la ville, ou si peu.

On nous rapporte que Thomas Dorez(LREM), conseiller municipal dans la majorité et Zoé Desbureaux conseillère communiste d’opposition étaient présent-es mais c’est à peu près tout. Si l’un est candidat dans le canton d’Amiens 3, la seconde était bien présente et bien entourée. Le weekend électoral n’a pas poussé les candidat-es à se montrer. On retrouve néanmoins quelques visages de la gauche amiénoise dont Thomas Hutin et quelques membres proches de Generation-s, d’EELV et de la LFI mais la population est bien différente des manifestations traditionnelles, plus jeune, à l’image des (trop) rares représentant-es politiques présent-s.

Pourtant cette célébration gagnerait tant à être intégrée à la ville, la participation active de la municipalité ne serait pas un acte anodin; la création d’un temps fort peut même être source de profits à tous niveaux. Faut-il encore se montrer aussi imaginatif que cette génération qui défilait ce samedi dans les rues d’Amiens en laissant poindre après son passage, un avenir arc-en-ciel presque radieux.

2 commentaires

  • Goulven Blanchard dit :

    Il y avait aussi un candidat LFI sur Amiens 4 qui a fait quelques photos : https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=5933470683331432&id=100000056772672
    Mais peut-être aurais-je du le clamer haut et fort ? Ça m’aurait paru déplacé.

  • Goulven Blanchard dit :

    Heu, je relis mon commentaire et il me paraît presque agressif, ce n’était pas l’intention. C’est juste que pas mal de membres de pas mal d’orgas politiques étaient présents, et que je pense qu’il aurait fallu soit les mentionner globalement, soit ne pas en mentionner. En dehors de ce point, j’aime bien l’article, désolé pour le côté grincheux.