Alors que le projet a été entériné par Amiens Métropole au début de l’été et ce, malgré les hostilités des écologistes et militant-es Amiénois-es, Boréalia, la Zone d’Aménagement Concerté, à l’ouest de l’agglomération, pourrait prendre un tout autre visage. Quitte à perdre 62 hectares de terres agricoles, l’adjoint à la nature en ville, Bruno Bienaimé (LREM), plaide pour « un bassin d’emplois verts » permettant de répondre aux besoins des habitant-es tant sur le plan écologique qu’économique.

Prévue à l’ouest de la ville, la ZAC Boréalia devrait artificialiser 62 hectares de terres agricoles à Renancourt, l’adjoint à la nature d’Amiens plaide pour un « bassin d’emplois verts ».

« Je suis le premier à être hyper sensible aux problématiques environnementales et à la transition écologique et à les porter, mais par contre, quand vous êtes aux manettes d’une ville, il y a un principe de responsabilité et je crois que l’on est responsable des gens sur le territoire, et sur ce territoire, il y a une chose, que ne perçoivent pas ceux qui sont « Bobo » ou « bien pensants », c’est qu’ici, l’emploi, c’est un énorme problème. »

En effet, d’après les données de la Préfecture de la Somme, en 2021, à Amiens, 20,4% des jeunes de 18 à 25 ans n’avaient ni étude, ni emploi. Considérés comme inactifs, tous ne rentrent pas en compte dans le taux de chômage de la ville qui se situe autour de 15,5% selon la Préfecture et 20% selon l’INSEE.

Si le revenu moyen annuel des amiénois (20 720 euros) est supérieur au reste du département de la Somme (20 320 euros), c’est avant tout à cause des fortes disparités économiques de l’agglomération. Ainsi, 10% de la population vit avec moins de 10 990 euros par an et un-e amiénois-e sur cinq vit sous le seuil de pauvreté. Le contexte préoccupe les élus qui cherchent à rendre le territoire toujours plus attractif mais pas à n’importe quel prix.

Beaucoup de gens n’ont pas de boulot, à un moment, on peut se raconter des histoire mais on fait comment ?

Bruno Bienaimé, élu chargé de la nature en ville, au sujet de Boréalia.

Moi, il y a une idée que je pense, qui n’est pas celle de Boréalia mais qui pourrait le devenir. Pour moi, si on veut vraiment faire en sorte que l’emploi se développe, il faut créer un bassin d’emplois verts. 

L’économie verte est en pleine expansion, regroupant des dizaines de corps de métiers, elle peut apparaître comme un levier économique aux vertus écologiques non négligeables pour les collectivités. © FMARVAUX/REA – DR

Je vais vous donner un exemple qui va vous parler. Jean-Louis Borloo (UDI), à Valenciennes, il a fait quoi concrètement ? C’était la crise à Valenciennes il y a 20 ans, c’était catastrophique, alors qu’est-ce qu’il a fait ? Il avait un contact à Toyota, donc il s’est dit ‘moi ma ville c’est la galère alors je vous propose une implantation facile, ça ne va pas vous coûter très cher et vous amenez une usine chez moi. Ca, c’est le point de départ. Pour créer un bassin d’emplois, il y faut un triptyque; vous implantez une usine, il faut la trouver, c’est vrai, mais après une fois qu’elle est implantée il faut faire de la recherche, pour perfectionner l’entreprise, puis après, de la formation, pour former les gens, et là vous êtes dans un cercle vertueux. Quitte à faire un bassin d’emplois, autant le faire à Amiens et créer un bassin d’emplois verts.

Avec Boréalia pourquoi ne pas être au maximum sur des « emplois verts » ?

Bruno Bienaimé, élu chargé de la nature en ville, au sujet de Boréalia.

Je n’ai pas l’entreprise de départ, mais si nous, on dit à tout le monde qu’on a un gros projet comme ça et que notre projet est bien ficelé, que l’on veut un bassin d’emplois verts et si le projet on le montre là-haut à Paris, on dit Monsieur Macron, vous savez dans votre ville, on veut faire ça ? »

Prenant exemple sur un récent dispositif d’étude à l’installation de panneaux solaires à Amiens, l’adjoint de Brigitte Fouré détaille: « s’il y a une aide à l’installation, les gens vont pouvoir installer des panneaux solaires sur leur toiture, donc ça veut dire qu’en local, vous pouvez imaginer implanter une usine qui va fabriquer des panneaux solaires et qui va pouvoir se développer aussi ailleurs et là, on appuie sur tous les boutons. »

Usines de panneaux photovoltaïques, spécialistes de la géothermie ou même constructeurs de vélos électriques, les possibilités sont multiples:  « on sait très bien que le vélo français n’existe presque plus et quand il existe, les prix sont tellement élevés, il y a donc plein de secteurs où on peut développer des activités qui peuvent venir s’agglomérer dans ce bassin » conclut Bruno Bienaimé.

Une économie verte florissante en France qui demande à être consolidée 

D’après l’Observatoire national des emplois et métiers de l’économie verte (Onemev), en 2020, en France, « les employeurs ont déposé auprès de Pôle emploi 20 600 offres portant sur des métiers « verts » et 381 700 sur des métiers « verdissants ». Les premiers ont une finalité directement environnementale, tandis que les seconds nécessitent une évolution des compétences pour intégrer les enjeux environnementaux. Ces 402 300 offres d’emploi de l’économie verte représentent 17,5 % de l’ensemble des offres d’emploi (cette part était de 15,8 % en 2019). »

Le secteur du bâtiment représenterait d’après l’observatoire « 48 % des offres d’emploi dans les métiers verdissants, en particulier les métiers de la construction-rénovation. Il est suivi du secteur des transports (21 %), qui intègre notamment les principes de l’éco-conduite (conduite économe en carburant). L’économie verte offre, pour près de la moitié, des contrats à durée indéterminée (46 %), comme pour l’ensemble des métiers. On retrouve cependant davantage de CDI et d’intérim dans les métiers verdissants que dans les métiers verts caractérisés par un nombre élevé de CDD » , précise l’Onemev.

Du côté des demandeurs d’emploi, « 1 sur 7 est à la recherche d’un métier vert ou verdissant. Ainsi, 40 700 demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B ou C, recherchaient un métier vert et 800 800 souhaitaient un métier verdissant. Au total, 841 500 demandeurs d’emploi recherchaient un métier de l’économie verte en 2020, soit 14,1 % des demandeurs d’emploi. »

Analysées depuis peu de temps, ces données sont toutefois à relativiser de par la classification des emplois dits « verts » et « verdissants » qui peut être évidemment source de divergences et de discussions parmi les spécialistes de l’économie verte pourtant bel et bien florissante sur le territoire.

DT

2 commentaires

  • Greetings! Very useful advice within this post! It is the little changes that produce the biggest changes. Thanks a lot for sharing!

  • Unilokrep dit :

    мешки под строительный мусор
    [url=http://znaigorod.ru/away?to=http://gals-plast.ru.ru]https://ssylki.info/?who=gals-plast.ru.ru[/url]